ASTR WITTENHEIM : site officiel du club de foot de WITTENHEIM - footeo

Réunion de territoires / Richwiller Sept. 2016

24 septembre 2016 - 19:56

Réforme territoriale, questions/réponses...

(article consultable sur le site de LAFA)

Le samedi 8 octobre aux Tanzmatten à Sélestat, les clubs seront amenés à se prononcer sur le rapprochement entre la Ligue d'Alsace et les ligues de Lorraine et de Champagne Ardenne de football, ainsi que sur la création du District d'Alsace. Afin de répondre à vos interrogations, nous vous proposons une « foire aux questions » sur cette réforme territoriale

 

Pourquoi ne pas conserver la Ligue d'Alsace en l'état ?

La Loi sur la refonte des Régions a été votée en décembre 2015. La région Grand Est est créée et fonctionne aujourd'hui. Le Code du sport impose que le découpage des Ligues régionales et des Fédérations qui ont reçu une délégation de l'Etat concorde avec celui des Régions administratives et les Directions régionales Jeunesse et Sport (qui est également Grand Est aujourd'hui). La FFF s'est vu rappeler ces principes et a donc fait voter une réforme des Ligues à l'AG FFF de Tours le 28/05/16 (passage de 22 à 13 Ligues régionales selon découpage des Régions). La réforme a été adoptée à 91% des voix.

La Ligue ne souhaitait pas cette réforme mais un processus a été enclenché dans toute la France et la LAFA a décidé de ne pas s'exclure des discussions, mais de participer aux débats, de peser sur les décisions afin de défendre au mieux les intérêts des clubs alsaciens.

C'est vrai que ça fonctionnait bien avant, mais nous sommes en train de faire en sorte que ce qui marchait bien et qui faisait notre force perdure, et ce au sein de ce nouvel ensemble. Il n'y a pas de raison que cela marche moins bien ! 

Pourquoi ne pas lutter un peu plus contre le diktat parisien, essayer d'obtenir un statut particulier que l'Alsace mérite tant ?

Le Président Gemmrich s'est entretenu personnellement avec les Ministres Patrick Kanner et Thierry Braillard, afin de leur expliquer les spécificités de l'Alsace, d'obtenir une dérogation et surtout de repousser les échéances. Les Ministres ont été à l'écoute, mais sont restés inflexibles sur les délais et sur la concordance Régions/Ligues.

L'Alsace est souvent comparée à la Bretagne mais cette dernière n'a pas été impactée par la réforme. Il est donc logique que la Ligue de Bretagne subsiste. Quant à la Corse, elle aussi n'est pas impactée par la réforme des Régions et bénéficie, de surcroit, d'un statut politique particulier depuis la loi du 2 mars 1982 portant « statut particulier de la région Corse » … ce qui n'est pas le cas de l'Alsace !

La Ligue d'Alsace n'aurait peut-être pas été impactée de la sorte si un statut politique spécifique à l'Alsace avait été obtenu en amont. Mais à présent, nous refusons que le football soit récupéré par des personnes et des courants dont les objectifs sont purement politiques. La loi est la loi, aussi dure soit-elle, et elle s'applique à tous.

Le comité directeur actuel s'est engagé au travers son mandat à gérer les affaires du football alsacien avec responsabilité et c'est ce qu'il compte faire à l'occasion de la mise en place de cette réforme. 

Allons-nous perdre en proximité avec cette nouvelle Ligue Grand Est ?

Contrairement aux fusions des Régions, où les enjeux politiques et les contraintes sont nombreux, nous disposons d'une forte marge de manœuvre. Les trois Ligues d'Alsace, de Lorraine et de Champagne Ardenne ont affirmé que la chose qui devait à tout prix être préservée était la proximité et le soutien à nos clubs et leurs bénévoles. Cela ne changera donc pas.

Pour cela, il a été décidé que :

  • Le siège social sera certes à Champigneulles, près de Nancy (lieu central), mais que tous les bâtiments actuels seront conservés. Ainsi, les sièges de Strasbourg et d'Illzach seront maintenus.

  • Les clubs pourront donc s'y rendre comme aujourd'hui et rencontrer tant les élus alsaciens, que les membres de commissions et les mêmes salariés qu'aujourd'hui. En effet, aucun salarié n'aura à changer de lieu de travail

  • De même, les réunions et les convocations en commissions se feront toujours aux sièges bas-rhinois et haut-rhinois pour les clubs alsaciens.

  • Une des forces de la LAFA, à savoir le découpage de l'Alsace en 10 territoires et leur animation, seront maintenus, de même que les Conseils départementaux qui continueront de gérer le quotidien footballistique des deux départements.

La transformation de la Ligue d'Alsace en District d'Alsace est de la poudre aux yeux, nous allons perdre notre âme...

Tout d'abord, il y a lieu de rappeler que la dérogation obtenue par Albert Gemmrich pour demeurer en District d'Alsace est une très bonne chose, qui n'était pas gagnée d'avance ! Avec 83 000 licenciés, le District d'Alsace sera le plus grand District dans le Grand Est, mais aussi en France.

Le fait de passer de Ligue d'Alsace de Football (LAFA) à L'Association du Football Alsacien (LAFA) va nous permettre de conserver notre identité, notre logo … et de fêter le 100aire du football alsacien en 2019 !

Le fait de conserver cette organisation va surtout nous permettre de maintenir un fonctionnement qui a fait ses preuves et qui a produit des effets bénéfiques pour le football alsacien. 

Si déjà, ne valait-il pas mieux créer deux Districts, un dans le Bas-Rhin et l'autre dans le Haut-Rhin ?

Nous pensons que NON ! Toutes les études montrent qu'avoir deux structures de ce type au lieu d'une entraîne une inflation budgétaire que les clubs paient au final. Par ailleurs, la force de l'Alsace est de concilier efficacement spécificité locale et unité régionale. En résumé, les territoires et les départements peuvent avoir une manière de fonctionner différente sur certains sujets, mais quand il s'agit de mettre en œuvre un projet de la FFF ou un autre de la LAFA sur tout le territoire, nous y arrivons sans problème politique et avec un dynamisme certain.

Nous allons encore subir une réforme des compétitions, avec le risque de devoir aller jouer en Lorraine ou en Champagne Ardenne...

C'est faux ! Très peu d'équipes alsaciennes (environ 200 sur 4000, soit 5%) vont être concernées par les championnats de la future Ligue du Grand Est. Et ce ne sont que 150 clubs qui sont concernés par ces équipes. 

En Seniors masculins, ces championnats comporteront 4 niveaux régionaux, gérés par la Grande Ligue (photo-ci-dessous) :

  • Le National 3 (ex CFA2), désormais géré par la Ligue et plus par la FFF

  • Le Régional 1 (ex DH), qui comprendra 3 groupes, à savoir la DH Alsace, la DH Lorraine et la DH Champagne A.

  • Le Régional  2 (ex Excellence en Alsace) qui comprendra 6 groupes, dont les deux Excellences alsaciennes

  • Le Régional  3 (ex Promotion d'Excellence en Alsace) qui comprendra 17 groupes, dont les quatre PE alsaciennes actuelles + 2 autres groupes (ce qui entrainera donc des montées supplémentaires)

En seniors féminines, en jeunes, et en futsal, les discussions sont encore en cours actuellement mais le principe qui guide les responsables de la question est bien évidemment de ne pas imposer des déplacements supplémentaires à ceux que les clubs connaissent aujourd'hui. 

Nous observons donc que les équipes alsaciennes qui vont participer à ces championnats seront dans des groupes composés géographiquement exactement de la même manière qu'aujourd'hui ! Dans quelques années, au gré des montées et descentes dans tous ces groupes, les seules équipes alsaciennes qui pourraient être amenées à jouer ailleurs qu'en Alsace seraient des équipes d'Alsace Bossue, qui pourraient alors évoluer dans un groupe composé majoritairement de clubs lorrains. Aucune équipe alsacienne ne sera jamais placée dans un groupe de Champagne Ardenne ! Par ailleurs, il est déjà acquis que les groupes alsaciens de Régional 1, Régional 2 et Régional 3 seront directement gérés par l'antenne alsacienne de la Ligue du Grand Est à Strasbourg. Il n'existe donc aucun risque d'éloignement du centre décisionnel…

Ces championnats de la Ligue du Grand Est seront mis en place à compter de la saison 2018/2019. 

Cette réforme va forcément couter cher et ce sont les clubs qui vont payer la facture...

Aujourd'hui les Ligues sont autonomes pour fixer leurs tarifs ; il existe donc des tarifs différents entre elles sur un certain nombre de sujets.

A compter du 01er juillet 2017, les tarifs édictés par la Ligue du Grand Est devront être uniformisés. Les études pour harmoniser ces tarifs sont en cours et sont forcément fastidieux. Ces tarifs devront être votés par les clubs après les élections de la Ligue du Grand Est et avant la reprise de la saison 2017/2018.

Seront notamment concernés le tarif des licences (assurance comprise), qui est une compétence Ligue, ainsi que les tarifs de tout ce qui a trait aux compétitions régionales (engagements, frais administratifs, cartons jaunes et rouges, réserves, appels …). 

Pour les compétitions régionales, seules environ 200 équipes alsaciennes seront concernées. Toutes les autres équipes alsaciennes, soient 95% des équipes aujourd'hui, évolueront dans des compétitions du District d'Alsace qui conservera la maitrise de son budget et la fixation de ses tarifs. 

L'exemple des licences est intéressant. Voici la réalité des chiffres aujourd'hui concernant les prix d'une licence d'un joueur senior, assurance comprise : 

A la lecture de ces chiffres, on note que la licence la moins chère se trouve en Alsace mais que c'est là aussi que le « package » licence / assurance est le plus cher. Ceci s'explique principalement par une couverture du licencié et du club supérieur que dans les autres régions, avec notamment des Indemnités Journalières relativement chères.

Le prix de la licence / assurance sera fixée par la future Ligue du Grand Est et s'appliquera à tous les clubs, qu'ils évoluent en Ligue ou en District. Si les trois Ligues doivent harmoniser leurs tarifs, il y a lieu de penser que, concernant la licence / assurance, les clubs alsaciens paieront moins chers demain sur ce poste précis, qu'aujourd'hui.  

Mais en somme, qui va réellement être impacté par cette réforme ?

Tout est fait actuellement pour que les clubs soient le moins impactés possible par cette réforme. Bien sûr, comme déjà évoqué, une minorité d'équipes évolueront dans des compétitions régionales, alors que toutes les autres joueront dans le District d'Alsace. Dans les deux cas, ces équipes auront comme interlocuteurs les bénévoles et salariés alsaciens qu'ils connaissent aujourd'hui. Finalement ce sont principalement les responsables des Ligues, qu'ils soient bénévoles ou salariés, qui seront le plus impactés. 

Mais alors, si rien ne change, pourquoi le faire ?

Nous devons le faire parce que c'est la loi, et que nous avons décidé de la respecter, de façon constructive et dans la défense de nos valeurs. Nous pensons aussi qu'il y a toujours à apprendre de l'autre. Nous ne faisons pas tout mieux que les autres, et les premiers échanges d'expériences avec nos collègues lorrains et champenois nous apportent beaucoup. Nous comptons faire bénéficier nos clubs de cet enrichissement. 

Quelles sont les prochaines étapes du processus ?

Juin 2016 : Approbation du processus par les Comités Directeurs des 3 Ligues

24/09/2016 : AG de la Ligue de Champagne Ardenne approuvant le Traité de fusion

08/10/2016 : AG de la LAFA (ordinaire et extraordinaire) approuvant le Traité d'Apport Partiel d'Actif (Sélestat)

  • Vote pour « apporter » l'activité régionale au sein de la future Ligue du Grand Est

  • Vote pour que les activités départementales soient gérées par le futur District d'Alsace

15/10/2016 : AG de la Ligue de Lorraine approuvant les Traités 

  • La Ligue du Grand Est de Football nait ce jour

  • Le District d'Alsace (L'Association du Football Alsacien – LAFA) nait ce jour

03/12/2016 : AG élective du District d'Alsace

28/01/2016 : AG élective de la Ligue du Grand Est de Football

Que se passe-t-il si les clubs votent contre la fusion le 08/10 prochain ?

Pour que la réforme soit entérinée, il faut que les clubs votent le projet à une majorité des 2/3. Si la réforme ne passe pas, les conséquences seront d'ordre juridique et politique : la fusion des Ligues sera dans un premier temps bloquée. Mais la Ligue d'Alsace n'ayant voulu se conformer aux textes du Ministère des Sports et de la FFF, ces derniers reprendront alors la main. En somme, nous ne serons plus maitres de notre destin. Et là, ce sera réellement l'aventure ! Vous pourriez être tenté de penser qu'il est « urgent d'attendre, en votant NON à la réforme », mais le risque serait alors bien plus grand, car personne n'a aucune garantie que la loi pourrait être changée. En votant cette réforme, les clubs alsaciens savent vers quoi nous allons demain, avec notamment le maintien d'une entité alsacienne et la prise en compte de nos spécificités. Si la réforme est rejetée, nous ne serons bien évidemment plus en mesure d'assurer cela. 

Sait-on déjà qui va se présenter aux élections de la Ligue du Grand Est ? 

Ce que l'on sait aujourd'hui, c'est qu'Albert Gemmrich, Président de la Ligue d'Alsace, a réussi à créer un consensus au sein des trois Ligues afin de mener une liste aux élections du Comité Directeur de la Ligue du Grand Est. Albert Gemmrich souhaite s'engager tout d'abord parce qu'il aime profondément le football et qu'il pense qu'un ancien joueur de haut-niveau est bien placé pour parler de son sport. Fort de son expérience acquise dans le football amateur au cours de ses deux mandats en tant que Président de la Ligue d'Alsace, mais également en tant que membre du Comité Exécutif de la FFF, il souhaite désormais poursuivre le travail entrepris à l'échelle du Grand Est. Albert Gemmrich reste profondément attaché à sa région et aux clubs alsaciens. Il pense aussi que les valeurs qu'il défend et l'état d'esprit affiché depuis toutes ces années permettront à la Ligue du Grand Est, la quatrième de France avec 215 000 licenciés, de prendre toute sa part dans le développement du football français. 

Le Grand Est en chiffre... 

Géographiquement la Région Grand Est, c'est :

  • 57 433 km2 (5e sur 13) c'est par exemple plus grand que la Suisse, les Pays-Bas ou la Belgique

  • La seule région française à quatre frontières

  • 5,545 millions d'habitants, c'est à dire plus que l'Irlande, la Finlande ou la Slovaquie

En terme de licenciés :

  • Alsace : 82.014 licenciés

  • Lorraine : 86.967 licenciés

  • Champagne Ardenne : 45.767 licenciés

  • Au total, la région ALCA compte 214.748 licenciés

Classement des ligues les plus importantes au niveau des licenciés :

  1. Île de France : 263.449

  2. Auvergne - Rhône-Alpes : 251.760

  3. Nord-Pas-De-Calais - Picardie : 229.793

  4. Alsace - Lorraine - Champagne-Ardenne : 214.748

  5. Poitou-Charentes - Limousin - Aquitaine : 186.848 

La Ligue du Grand Est possèdera deux pôles espoirs masculins, à Reims et Nancy, et un pôle espoirs féminin à Strasbourg.

 Source: site officiel LAFA:   www.lafa.fff.fr

Commentaires

juil.
18:30
STADE Georges STEPHAN